Le 29 septembre nous fêtons la saint Michel, quelques jours après l’équinoxe d’automne du 22 septembre. Rudolf Steiner nous décrit ce moment particulier : « La nature tout entière parle alors un langage cosmique riche de sens. Les arbres se dénudent, les feuilles se fanent, les papillons qui voltigeaient dans l’air et les insectes bourdonnants se retirent. Beaucoup d’animaux entrent dans leur sommeil d’hiver. Toute vie est paralysée. La nature, qui par sa propre activité a aidé l’homme durant le printemps et l’été, la nature se retire. L’homme est ramené è ses propres forces. La fête de Michaël doit être une fête du courage, de la force et de l’activité de l’âme. »

Nous allons tout d’abord étudier la figure emblématique de saint Michel qui parcourt l’Histoire de l’Europe ; puis Michaël, l’Archange et ce qu’il amène à notre époque.

 

Saint Michel est le plus souvent représenté avec une armure, une épée ou une lance et une balance. Il apparait ainsi sur les vitraux des églises et en statues. Il est également présent tout au long des grands textes sacrés, comme l’Ancien et le Nouveau Testament, ainsi que le Coran, (où il apparaît au coté de Gabriel pour la pesée des âmes après la mort).

Il était déjà présent dans les civilisations précédentes sous différentes formes :

  • pour les Suméro-Babyloniens, Michaël était le dieu Mardouk, 3000 ans avant J-C ;
  • pour les anciens Egyptiens, il prit le nom de Thot, le dieu è tëte d’Ibis, qui mesure et calcule le temps, l’inventeur de l’écriture, des sciences et des arts ;
  • chez les Grecs, il devient Hermès, le messager et interprète des dieux ;
  • chez les Romains, Mercure, qui conduit dans l’au-delà les âmes récemment décédées.

 

Vers 2000 ans avant J-C, à l’époque d’Abraham, Michaël devint l’Esprit du temps du peuple Hébreu, l’intermédiaire entre Iahvé et les prophètes, il remplit sa mission de guide jusqu’au berceau du Messie.

Dès le commencement du Christianisme, saint Michel témoigne de son rôle de protecteur. Par exemple, il serait intervenu lors de l’invasion de l’Italie et de la France, par Attila et ses hordes sauvages, vers 435-450.

Puis en 496, Clovis évoque saint Michel qui l’aide à remporter la victoire à la bataille de Tolbiac. A Noël 499, saint Michel apporte la sainte Ampoule pour sacrer Clovis en tant que premier roi chrétien. C’est à partir de là que la France devient « la fille aînée de l’Eglise ».

Saint Michel devient le protecteur de la France. En 708, il apparait en songe à l’évêque Aubert d’Avranches pour faire ériger son sanctuaire au sommet du mont Tumba, ancien lieu de Mystères, qui devint le Mont Saint Michel.

Charlemagne officialise ensuite les liens l’unissant à son royaume : c’est pourquoi saint Michel est aussi le protecteur de l’Allemagne et de l’Italie du nord.

Quelques siècles plus tard, il est apparu un grand nombre de fois à Jeanne d’Arc, avant de la conduire sur le champ de bataille et jusque dans la cathédrale de Reims pour sacrer Charles VII en 1429.

 

Une rupture s’opère avec Louis XV, qui contrairement à tous ses prédécesseurs, ne renouvelle pas la consécration du royaume à saint Michel à l’occasion de son sacre. Alors les églises qui lui sont dédiées  s’écroulent et on ne les a pas reconstruites. Sous Napoléon Ier le Mont Saint Michel est devenu une prison. Et c’est Victor Hugo qui plus tard sonnera l’alarme pour sauvegarder le lieu. Celui-ci sera enfin complètement réhabilité avec de grands travaux au début du XXIéme siècle.

Ce lieu est très important car il appartient à une ligne sacrée passant par sept sanctuaires de saint Michel, partant de l’Irlande, passant par les Cornouailles en Angleterre, la France, l’Italie du Nord, le Piémont puis l’Italie du Sud, la Grèce sur l’ile de Symi, pour se terminer au monastère du Mont carmel de Haïfa en Israël. Ces sept lieux illustreraient le parcours de Joseph d’Arimathie de la Palestine jusqu’en Cornouailles. Un grand voyage vers l’ouest, afin de dissiper les ténèbres et d’ensemencer la Lumière du Christ dans l’humanité.

 

En effet saint Michel est bien plus qu’un saint du calendrier, il a fait partie de la hiérarchie des Archanges, qui sont les Esprits des peuples. Ils sont aussi è l’origine de la lumière extérieure, et de la lumière spirituelle. C’est ainsi que fêter la saint Michel lorsque les jours deviennent plus courts que les nuits, prend tout son sens.

Rudolf Steiner en parle ainsi en avril 1923 : « Accueille en toi la pensée de Michaël qui triomphe des puissances des ténèbres, cette pensée qui te donne la force d’acquérir sur Terre la connaissance de l’esprit, afin de vaincre la puissance de mort. »

Cela veut dire prendre en soi la force de la connaissance spirituelle et la faire entrer dans les forces de la volonté. La fête de la saint Michel se place en polarité avec Pâques, de même que la pensée de Noël suscite six mois plus tard celle de la saint Jean.

« Lorsqu’on saura penser avec le cours de l’année, alors l’homme pourra de nouveau dialoguer avec les forces spirituelles divines qui se manifestent à partir des étoiles.»

En automne, « le monde sensible jaunit, afin que dans ce jaunissement le monde spirituel en tant que tel puisse vivre ; pouvoir ressentir dans la chute des feuilles la montée de l’esprit, l’esprit en tant que contre image du sensible qui s’éteint. Cette sensibilité à l’esprit devrait vivifier l’être humain dans son âme à la saison d’automne pour qu’il se prépare de la manière juste au temps de Noël. » Ainsi l’être humain devient le compagnon de l’action de Michaël su Terre. Pour Rudolf Steiner cette fête est celle de la « résurrection de l’âme », ce qui est particulièrement essentiel aujourd’‘hui à notre époque ultra-matérialiste coupée du monde spirituel.

 

D’une façon élargie, on peut dire que l’atmosphère michaëlique s’installe dans notre âme pour environ 19 semaines (du 10 août au solstice d’hiver) ou pour 12 semaines (du 29 septembre au 21 décembre). Elle représente une ambiance de lutte intérieure. Parallèlement à la lumière du jour qui décroit, les forces de l’ombre augmentent dans notre psyché, elles s’enroulent autour de nous comme un serpent, pour empêcher la naissance de notre lumière intérieure à Noël. Ces forces agissent à partir de tout ce que nous n’avons pas réglé, surmonté, clarifié, pardonné, et les symptômes sont une baisse de moral, une forme de démission face aux difficultés, une apathie, de la confusion, une perte de discernement, mais aussi une tendance à la négativité et à la critique. Nous devons lutter pour garder notre tête claire et notre cœur vigoureux. Le Fer des météorites nous soutient dans ces efforts. Le Fer est l’élément michaëlique présent dans notre sang, il aide à l’incarnation, il soutient notre Moi, il nous donne du courage et stimule notre volonté. Nous pouvons saisir avec notre Moi l’épée de fer dans notre sang, selon l’exemple de Michaël vainqueur du dragon. Mais c’est à nous de faire l’effort de lutter et de maitriser notre part d’ombre, pour avoir l’aide de Michaël, qui est aussi l’Archange de l’effort et de la volonté.

Et le 5 octobre 1923, Rudolf Steiner insiste avec ses paroles :

« Il faut que l’homme apprenne à se servir dans sa conscience de la force des météorites présente dans son sang. Il faut qu’il apprenne à célébrer la fête de la saint Michel comme celle qui le délivre de l’angoisse, une fête de l’initiative et de la force intérieure, une fête de la conscience de soi dénuée d’égoïsme. La fête de la volonté forte.»

 

Joëlle B-G

 

 

Bibliographie de cet article et de la conférence du 30/10/2021 :

Rudolf STEINER : « La mission de Michaël »

                                    « Les lignes directrices de l’Anthroposophie »

                                   « Quatre imaginations cosmiques »

                                   « Les fêtes cardinales »

                                   « La chute des esprits des ténèbres »

 

Sergeï PROKOFIEFF :

 « Le cycle de l’année un chemin d’initiation vers l’être du christ »

 

Maris-Pascale REMY : « Saint Michel, renaitre dans le combat spirituel ».

Inscrivez-vous à la Newsletter du Centre O

Inscrivez-vous à la Newsletter du Centre O

Rejoignez notre newsletter pour recevoir les dernières news du Centre O et de l'équipe !

Vous êtes abonnés à la newsletter du Centre O !